HANDICAP , SÉNIORS , ENVIRONNEMENT | CAMBRÉSIS
15 janvier 2021

Cambrésis : une navette solidaire pour rompre l'isolement

Depuis un an, la navette solidaire du centre social AJR de Noyelles-sur-Escaut sillonne 13 communes rurales du Cambrésis pour rompre l'isolement des habitants. Une initiative qui rassemble 12 bénévoles, soutenue par le Département.

Un jeudi à Fontaine-Notre-Dame. Un véhicule s'arrête devant le domicile d'Audrey Lafitte. À son bord Régis Damay, bénévole au centre social Animation Jeunesse Rurale (AJR) de Noyelles-sur-Escaut.

Il apporte à la jeune femme des denrées alimentaires collectées aux restos du cœur. Je suis épileptique et j'ai beaucoup de difficultés à me déplacer explique-t-elle. Grâce à la navette je suis livrée à domicile. Mais ce n'est pas tout : les bénévoles m'accompagnent également chez ma grand-mère le mardi. Elle est fragile et ils s'assurent qu'elle ne manque de rien

Depuis un an, le centre social dispose d'une navette, destinée à aider les personnes isolées de 13 communes du Cambrésis de moins de 2000 habitants. 

Une initiative pour favoriser la mobilité en milieu rural

Cette idée, l'AJR, devenue centre social en 2011, y songe depuis longtemps. Nous avions envie à la fois de faire connaître nos activités et de permettre aux personnes qui ne peuvent pas se déplacer d'y accéder. Au fur et à mesure, la démarche s'est étoffée  témoigne Linda Lemaire, chargée de l'animation du projet.

Pour concrétiser la démarche, un véhicule est nécessaire. Nous avons participé à l'appel à projet du Département du Nord sur la mobilité en milieu rural. La subvention de 29 309 euros nous a notamment permis de financer l'achat de la navette et sa personnalisation complète-t-elle. 

Avec cet appel à projets, le Département a souhaité accompagner toutes les initiatives innovantes de mobilité au profit des habitants des communes de l'espace rural du Nord. Un million d'euros sont ainsi mobilisés sur 2 ans pour soutenir ces démarches portées par des collectivités ou des associations.

Patrick Valois, Vice-président en charge de la Ruralité et de l'Environnement

L'originalité du projet repose sur la mise en place d'une vraie solidarité de proximité : ce sont les bénévoles, avec l'aide des équipes du centre social, qui rendent service aux habitants. La solidarité existe : à nous de l'animer ! explique Linda Lemaire. Chacun a été formé à la conduite du véhicule. Au début cela a commencé par les loisirs : nous allions chercher les personnes avec la navette pour les faire participer à des animations collectives du centre raconte Jean-Claude Dorius, également bénévole. Puis aux loisirs se sont ajoutés d'autres interventions : nous amenons les personnes aux restos du cœur pour qu'elles récupèrent leur colis, nous pouvons les aider pour leurs déplacements médicaux… c'est une richesse de se rendre utile ajoute-t-il. 

Les habitants quant à eux, s'engagent à l'année : nous ne sommes pas un taxi rappelle Linda Lemaire. Si à 3 reprises ils ne se présentent plus quand la navette intervient, alors on ne les prend plus.   Avec la crise sanitaire, les interventions ont été repensées et adaptées : nous privilégions les visites et livraisons à domicile, dans le respect des règles sanitaires, en attendant de pouvoir reprendre des acticités collectives car l'objectif est aussi que les habitants se rencontrent. 

Tisser un réseau de partenaires

Pour identifier les personnes isolées susceptibles de bénéficier de la navette solidaire, le centre social travaille étroitement avec les 13 communes partenaires du projet et les associations locales. Nous prévoyons de rencontrer chaque commune pour parler du projet et déterminer comment apporter l'aide la plus adaptée détaille Émilie Tournant, référente adultes et familles au centre social. Nous aimerions également développer le projet avec 5 autres communes, le diagnostic territorial est en cours. 

Lors de leurs visites, les bénévoles sont également sollicités pour répondre à des questions liées aux démarches administratives, surtout lorsqu'elles sont en ligne. Une permanence d'information et d'orientation est proposée au centre social et nous avons également mis en place une navette numérique indique Émilie Tournant, mais dorénavant nous pouvons compter sur le passage du camion bleu France services itinérant pour aider les habitants. J'ai pris un premier rendez-vous pour une personne qui habite Fontaine-Notre-Dame. 

Pour en savoir plus sur l'activité du centre social AJR et la navette solidaire :

  • Centre social AJR, 8 rue Pasteur, 59169 Noyelles-sur-Escaut
  • Tél. 03 27 70 18 12
  • www.asso-ajr.fr

Crédits photo : Phiippe Houzé

Pour aller plus loin

Retour au sommet